Coffee & Tea Genève Restaurants & Adresses

Deux jeunes chefs pâtissiers à surveiller de près

20 janvier 2019

Depuis la nouvelle ouverture de la chocolaterie Micheli, vous pouvez trouver quelques petites nouveautés dont les délicieuses pâtisseries proposées par les frères Hans Gaillet et Aurélien Bernard. Ces deux jeunes pâtissiers ont investi la chocolaterie Micheli pour proposer aux clients non seulement d’excellentes pâtisseries, mais aussi des créations de gâteaux et de sculptures en chocolat sur-mesures. Vous avez envie d’un chocolat en forme de voiture? de château? de sac à main? un gâteau avec vos couleurs préférés? avec un dessin, avec une décoration originale? Il ne vous reste plus qu’à passer commande, les frères pâtissiers se chargeront de réaliser vos rêves les plus fous!

Pour les clients qui aimeraient juste une bonne pâtisserie, poussez la porte de la chocolaterie Micheli et installez-vous pour déguster une de leur création.


Interview des frères pâtissiers

A l’occasion de cette nouveauté, j’ai interviewé les deux frères pâtissiers: Hans Gaillet et Aurélien Bernard afin de faire mieux connaissance avec eux.

Q: Parlez-moi de l’établissement dans lequel vous travaillez en ce moment?

R: Micheli est une institution à Genève, ils font de très bons chocolats. Il y a des clients qui sautent de joie lorsqu’ils découvrent que leur chocolaterie avait de nouveau ouvert. Nous n’avions jamais vu cela. Cette chocolaterie est un vrai joyau genevois.

Q: Pourquoi les clients devraient-ils venir chez vous ?

R: En ce qui concerne nos pâtisseries, c’est peut-être pour notre pointe d’originalité. Mais la plus grande raison serait nos créations sur-mesure. Non seulement nous créons des gâteaux et des chocolats en prenant en compte toutes les envies (ou presque) des clients, mais nous nous efforçons de mettre une partie de leur personnalité dans nos créations.

Q: Quelle est la différence entre votre situation actuelle et celle d’il y a un an?

R: On ne pouvait pas imaginer qu’on se retrouverait ici. Avant nous étions employés, maintenant nous sommes entrepreneurs. C’est un magnifique challenge. On peut faire ce que l’on veut. On peut faire plaisir aux gens et se faire plaisir avec nos envies et cela à travers nos créations.

Q:  D’après-vous, quels sont vos prochains défis à devoir surmonter? Comment pensez-vous vous positionner dans les trois prochaines années?

R: Rester dans la continuité. On aimerait mieux comprendre les genevois afin de les satisfaire au maximum.

R:  On aimerait s’agrandir et ensuite on aimerait toucher l’excellence (rire). On aimerait augmenter nos points de vente et se faire connaitre. Mais surtout continuer à faire plaisir aux gens.

Q: Quel est selon vous l’élément numéro un qui fait que votre pâtisserie sera en mesure d’assurer sa croissance, sa stabilité?

R: L’élément numéro un est « nous » et notre travail. Nous mettons en avant l’artisanat. On utilise des produits frais, on veut créer tout nous mêmes. Nous ne voulons pas créer des pâtisseries avec des choses déjà faites. Tout est fait dans notre cuisine: l’authenticité. 

Q: Quelle est votre principale difficulté en ce moment?

R: Nous avons eu des difficultés au départ, car nous devions nous adapter à la clientèle genevoise. Mais maintenant que nous commençons à les comprendre, nous nous rendons compte qu’ils aiment la qualité et le classique.

Q: A quoi ressemble le succès pour vous?

R: Nous n’avons pas de limite, nous voulons monter monter et encore monter et à un moment donné pouvoir gérer des entreprises et pourquoi pas des entreprises dans le monde entier.

Q: Comment est venu l’idée, l’envie de cuisiner?

R: Quand j’avais treize ans, j’ai voulu refaire un entremet que j’avais vu. J’ai passé toutes mes vacances à essayer de le concevoir. Dès le départ, c’était la pâtisserie que je voulais faire. (Aurélien)
R: A la base, je ne voulais pas faire comme mon frère donc j’ai commencé la cuisine, sauf que cela ne me plaisait pas du tout. J’ai obtenu mon CAP en cuisine puis j’ai eu la chance de rencontrer un chef qui m’a fait prendre conscience que j’étais plus destiné à la pâtisserie. Je l’ai donc écouté et je suis devenu pâtissier (Hans).

Q: Est-ce que vos créations sont inspirés de chefs, de pays, etc. si oui lesquels?

R: On s’inspire toujours de chefs, on s’inspire de nos entourages. C’est comme un cercle. Bien sûr il y a certains chefs que l’on admire comme Cédric Grolet. J’admire aussi des chefs comme Eric Frechon, qui est très humble. C’est important de s’inspirer et d’être aussi à l’écoute de ce qui se fait en ce moment. 

Alain Ducasse (c) wikimedia.org

Q: Votre plus belle rencontre gastronomique à ce jour?

R: Alain Ducasse, lorsque j’étais au Plazza Athénée, un établissement de luxe ou la rigueur et l’organisation sont  extrêmement présents. (Aurélien)
R: Pour moi c’est Alléno, c’est un personnage impressionnant. (Hans)

Yannick Alléno (c) wikimedia.org

Q: La réalisation dont vous êtes le plus fier?

R:  C’est lorsque je réalise des pâtisseries qui devraient être conçues normalement dans une grande maison avec une grande brigade et que j’arrive à les faire tout seul. C’est ce que j’avais réussi à réaliser avec des pâtisseries en forme de citron pour une cinquante de personnes. J’aime bien les challenges (Hans).
R: Pour moi, c’est tous les jours, car lorsqu’un client arrive et nous demande une sculpture spéciale en chocolat, peu importe la difficulté, il faut l’effectuer. Lorsque j’arrive à la réaliser, j’en suis fier.  

Q: Avec quels produits aimez-vous travailler?

R: Pour moi, le chocolat mais j’aime aussi les produits qui me permettent de créer des viennoiseries (Aurélien).
R: : Moi, c’est vraiment le fruit en lui-même, la nature nous offre beaucoup de choses. J’aime garder le fruit le plus naturel possible. (Hans)

Pierre Hermé (c) wikipedia.com

Q: Si vous pouviez inviter une seule personne à goûter vos créations, qui cela serait?

R: Pierre Hermé,  Philippe Conticini et Nicolas Berger

Q: Si vous étiez un film, quel film seriez-vous?

R: « La ligne Verte » pour son côté magique, j’adore Tom Hanks, (Aurélien)
R: « Le grand restaurant » avec Louis de Funès car j’aime bien déconner et être sérieux aussi (Hans).

Q: Si les personnes qui travaillaient avec vous devaient vous qualifier avec des adjectifs?

R: Humour, gentillesse, impatient, un peu « chiant » (car j’aime bien embêter – Hans)

Philippe Conticini (c) express.fr

Q: Trois établissements que vous conseilleriez aux autres?

R: Pâtisserie Renou, Christophe Berger, la Fabrique

Q: Si vous deviez changer de métier, que feriez-vous?

R: Moi je pense policier (Aurélien)
R: Moi, dans la politique, mais en étant un politicien honnête et cash (Hans)

Q: un dernier mot?

R: On t’aime le Petit Chou!
R: C’est une nouvelle vie qui commence et on espère rester très longtemps dans ce domaine en faisant plaisir aux gens. Amuser les papilles! A faire goûter les saveurs d’aujourd’hui.

En résumé: Allier le plaisir des autres et son propre plaisir est la clé du succès. 

Les créations des frères pâtissiers peuvent être dégustées dans le tea room du chocolatier Micheli ou à l’emporter. Pour les créations sur-mesure, n’hésitez pas à téléphoner et à prendre rendez-vous! Ils pourront créer des merveilles pour vos anniversaires, baptêmes, mariages et fêtes diverses. Deux chefs pâtissiers à surveiller de près! 


Informations pratiques
1 rue Micheli-du-Crest, 1205 Genève
Tél. +41223299006
Horaires: ?
e.mail: info@micheli.boutique

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply