114 Faubourg, la brasserie de luxe de l’hôtel Bristol Paris

c_DSC04634 - copieGénéral: Il y a quelques mois j’avais eu la chance de découvrir la cuisine d’Eric Frechon lors de sa venue à Genève au restaurant le Chat Botté. C’est à cette occasion que j’avais aussi pu rencontrer le Directeur de l’hôtel Bristol Monsieur Didier Le Calvez, un homme remarquable. En discutant avec lui, j’ai compris rapidement pourquoi il est ce qu’il est aujourd’hui. Ce dernier est un homme humble au grand coeur. Une personne qui mérite un grand respect. Je m’égare! Tout cela pour vous dire que c’est de cette manière que j’ai eu la chance de visiter l’Hôtel Bristol Paris, considéré comme l’un des plus grands et des plus prestigieux palaces de Paris et de France et de découvrir le restaurant 114 Faubourg lors de mon séjour à Paris. Le 114 Faubourg est une brasserie charmante de luxe.  Il a été récompensé d’une étoile au Guide Michelin e 2013 et celle-ci est amplement méritée.

Situation: Le 114 Faubourg  est un des restaurants de l’Hôtel Bristol Paris. L’autre restaurant n’est autre que le célèbre « l’Epicure » (3 étoiles Michelin, chef Eric Frechon). L’hôtel se trouve dans une rue parallèle aux champs Elysée. Les arrêts de métro sont un peu loin , vous pouvez prendre le métro 1 et descendre à la station « Franklin D. Roosevelt » et marcher 10 minutes ou un peu plus prêt vous avez la station « Miromesnil » (métro 9 et 13) ou la station « Saint-Philippe du-Roule » (métro 9). Personnellement, je me suis rendue en UBER, beaucoup plus pratique!

Cuisine et carte: C’est avec un grand plaisir que nous avons dîné au restaurant 114 Faubourg. Le chef du restaurant 114 Faubourg est Jean-Charles Cauquil. Ce dernier est sous la supervision du Chef trois étoiles, Eric Frechon.  Nous avons commencé par un petit apéritif afin de prendre le temps de bien choisir nos mets. La carte était tellement alléchante que nous avons pris un bon moment avant de faire notre choix.
c_DSC04686 - copiec_DSC04681 - copiec_DSC04679 - copiec_DSC04682 - copie
En Hors d’oeuvre ou plus communément en Entrée, une bel assortiment de mets étaient proposés : « Soupe d’artichaut, escalope de foie gras poêlée, émulsion à la truffe noir » (42 €), « Fines tranche de paella ibérique « Bellota », tartine de tomates confites (45 €), « Pâté en croûte de canard et légumes au vinaigre » (Nommé Champion du monde 2011 de pâté en croûte) (34 €), etc.

En ce qui me concerne j’ai pris le « Homard bleu, cuit en vapeur de fenouil, châtaigne et céleri-rave au jus de têtes pressées » (54 €), tandis que Dora, mon amie, a opté pour la « Papillote de moules de bouchot à la crème, salicornes et céleri branche » (29 €).
Le homard était tendre et frais, sa chair se détachait si facilement que mon couteau n’était d’aucune utilité. Les produits tels que le fenouil, la châtaigne et le céleri-rave se mariaient parfaitement bien à ce plat d’océan.
c_DSC04699 - copiec_DSC04704 - copie
La papillote était tout à fait originale! Comme vous pouvez le voir sur l’image, le met était dans une papillote en « plastique ». Le serveur est venu couper aux ciseaux le dessus de la papillote, afin que cette dernière s’ouvre et nous fasse découvrir son intérieur. Ce fut une pure merveille! La crème que l’on pourrait imaginer lourde était légère et avait bien pris le goût des moules. Les salicornes (plantes) et le céleri branche amenaient du croquant au plat. Une belle réussite. 
c_DSC04700 - copiec_DSC04701 - copiec_DSC04703 - copiec_DSC04712 - copie

Nous avons ensuite continué avec notre plat principal. Là aussi, le choix était difficile, en poisson: « Ombre Chevalier façon meunière, quinoa au citron, câpres et persil plat » (45 €), « Cabillaud cuit au plat, bouillon de boeuf à la cardamone, coco de Paimpol et chou Pak-choï » (42 €), etc. En viande: « Palombe et foie gras en croûte de céréales, jus de rôti » (49 €), « Epaule d’agneau de Lozère confite, légumes façon tajine et purée de pois chiche au cumin » (58 €), etc. En ce qui nous concerne nous avons choisi un plat de poisson: « Sole, pousse d’épinard, huile vierge au câpres (500grammes) » (72 €) et un plat de viande: « Filet de boeuf en croûte de moelle, sauce au vin rouge, girolles et mousseline de céleri » (63 €). Une belle pièce de sole d’une excellente fraicheur est arrivée à notre table. 500 grammes, c’est un joli morceau mais je peux vous dire qu’on ne l’a pas senti du tout. Elle s’est dégustée sans problème jusqu’à la dernière bouchée de fourchette. Quant à la viande, celle-ci était tendre et juteuse. La croûte croustillante amenait de la matière à la pièce de viande, tandis que la sauce au vin amenait du caractère au plat. L’assiette s’est vidée aussi vite qu’elle est arrivée. 
c_DSC04732 - copiec_DSC04716 - copiec_DSC04720 - copiec_DSC04730 - copiec_DSC04724 - copie
c_DSC04731 - copiec_DSC04733 - copie

Pour finir le tout en beauté, malgré nos ventres respectifs bien remplis, nous avons choisi nos desserts parmi une belle liste : « Notre Mille-feuille à la vanille Bourbon, caramel au beurre demi-sel » (19 €), « Tartelette feuilletée aux figues de Provence, crème glacée à la cannelle » (22 €), « Poires gratinée à la fleur d’oranger, sorbet et jus de mûre » (20 €),  « Soufflé au chocolat de Guanaja, crème glacée au Cognac » (22 €), etc. Le choix était difficile mais nous avons opté pour le Mille-feuille et un dessert qui n’était pas sur la carte: « Tartelette au citron meringuée revisitée ». Toutefois, nous avons eu un troisième dessert, la douceur à la poire qui est apparemment un incontournable de la maison. Je tiens à féliciter le pâtissier Laurent Jeannin, car nous nous sommes régalées et n’avons rien laisser dans l’assiette! En ce qui concerne le Mille-Feuille, nous avons pu faire une petite comparaison avec le fameux Mille-Feuille du Café de la Paix de l’hôtel Intercontinental Paris le Grand que nous avions eu l’occasion de déguster dans la Verrière quelques jours auparavant. Difficile d’opter pour l’un ou pour l’autre… il faudrait que je revienne déguster ces deux mille-feuilles pour bien choisir!! 🙂
c_DSC04749 - copie c_DSC04740 - copiec_DSC04741 - copiec_DSC04746 - copiec_DSC04748 - copie
Vins: Le sommelier nous a offert des alliances assez remarquables d’accords mets et vins. Mais, c’est d’abord au champagne que la soirée a commencé:
c_DSC04681 - copie
Nous avons ensuite continuer avec ces deux vins blancs pour les allier à nos deux entrées qui était du homard et des moules à la crème:

c_DSC04708 - copiePuis nous avons poursuivi avec un vin rosé servi avec la Sole, tandis qu’un excellent vin rouge m’a été servi pour accompagner ma pièce de viande:
c_DSC04713 - copiec_DSC04715 - copie

Pour accompagner nos desserts, c’est un vin doux qui nous a été servi:
c_DSC04742 - copie

Cadre: L’établissement est une brasserie, mais de luxe. Ce dernier a ouvert ses portes en septembre 2009. Le décor a été élaboré par l’une des propriétaires, Maja Oetker, la belle fille, Elvira Oetker, Guendalina Litta Modignani et l’architecte d’intérieur Daniel Patzelt. Le résultat est assez surprenant. De grands dahlias aux diverses couleurs sont dessinés sur un fond orange. Des grandes colonnes dorées font acte de présence dans cette pièce et donnent du caractère à la salle. Des barrières en fer forgé agrémentées de feuilles d’or et de lumière LED amènent un aspect féerique au lieu. En descendant les escaliers, vous trouverez la cuisine “high-tech” ouverte. Quelques tables supplémentaires se trouvent également au sous-sol.
c_DSC04634 - copiec_DSC04635 - copiec_DSC04636 - copiec_DSC04638 - copiec_DSC04639 - copiec_DSC04640 - copie

Ambiance: Une ambiance de brasserie, mais dans le calme. Ici, nous n’avons pas besoin d’être tiré à 4 épingles, on peut être détendu. Les lumières féeriques nous transportent dans un lieu imaginaire où on se sent autant à la maison que dans un restaurant luxueux.  
c_DSC04760 - copiec_DSC04676 - copie

Service: Un service impeccable. La serveuse était d’un excellent conseil pour le choix de nos plats. Cette dernière était toujours souriante et attentionnée. Le sommelier quant à lui a été d’une grande aide pour le choix de nos vins. Rien n’était laissé au hasard.

Petit plus!!! A l’hôtel Bristol, deux chats vivent en permanence dans l’établissent: Cléopâtre et Pharaon. Ils se promènent dans le hall, dans la réception, dans le bar… C’est un plaisir de les croiser! Et j’ai eu la chance de les croiser les deux lorsque nous sommes sortis de table!!! 🙂 J’étais ravie!!!!
c_DSC04767 - copiec_DSC04772 - copiec_DSC04780 - copiec_DSC04784 - copie

Informations pratiques
114 rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris
Tél. +33 (0)1 53 43 44 44
e-mail. 114faubourg@lebristolparis.com
Horaires: Déjeuner du Lun au Vend de 12h à 14h30 & Dîner Lun au Dim de 19h à 22h30

Print Friendly, PDF & Email
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *